Vous êtes ici

Prends soin de toi, mieux que ça !

C’est le nom d’une campagne de com’ menée « par » et « pour » les jeunes, au lycée Jean Lurçat.
 

  1. Naissance du projet

En réponse à la suggestion de l'infirmière du lycée Jean-Lurçat, d’organiser une campagne de prévention santé (alimentation, sommeil, écran, audition, automédication) auprès des jeunes de l'établissement, les étudiants de BTS communication 2ème année ont planché…
Cliquez ici pour connaître leurs réactions sur ce projet.

  1. Cadre et objectifs de travail

Les ateliers co-pilotés par trois enseignants, cultures de la communication, veille et projets, ont offert le cadre de travail à la réalisation de cette campagne de communication faite « par » et « pour » des jeunes. A raison d’environ 4 heures par semaine durant presque deux semestres, les étudiants ont déployé tout leur savoir-faire et compétences pour apporter une réponse à la problématique qui leur était soumise : comment faire rimer prévention, éducation et santé auprès d’une cible qui a tendance à sous-estimer les risques induits par sa consommation alimentaire, ses pratiques média, l’automédication etc…?

  1. Le déroulement

Par équipe, les étudiants ont exploré les questions santé chez les jeunes, sondé leurs propres pratiques, élaboré des stratégies de prise de parole, écrit des scénarios, organisé des castings, endossé des costumes d’acteurs, élaboré des scènes de tournage, filmé, appréhendé perches et caméras, monté les rushes, projeté et défendu leurs différents courts-métrages devant des jurys de professionnels du monde de la santé, de l’éducation, de la communication et du cinéma. Les films ont encore été présentés aux élèves des classes de seconde et soumis à leur vote avant de poursuivre leur parcours sur les réseaux sociaux. Face à Facebook, Twitter, Instagram, Pinterest et les autres, les étudiants ont encore réfléchi leurs stratégies de déploiement sur la toile, en quête de « j’aime » et de « like » porteurs de buzz. 

  1. Les partenaires

Le Rectorat de Paris, intéressé par le projet, a apporté son soutien dans le cadre des jurys.
De même, Monsieur l’inspecteur Alain Caillat, Madame la Proviseure Hélène Mathieu et Monsieur Potut Proviseur Adjoint ont participé à nos jurys.

 

Les réalisations

La thématique santé a été dans un premier temps circonscrite au seul domaine de l’alimentation. Le sommeil, les écrans, l’automédication, l’audition seront abordés dans le futur et par les prochaines promotions. Junkfood, fastfood, malbouffe : aimés par les consommateurs, critiqués par les médecins, pourquoi continuons nous à le faire ? Voilà l’essence des réflexions des étudiants.

Le principal ressort choisi pour sensibiliser leurs cibles est l’humour.
Quitte à se faire peur il vaut mieux pouvoir en rire, semble nous dire cette génération de communicants en herbe…

Côté genre cinématographique, la culture est clairement celle de YouTube.
On retrouve du film d’animation, du traitement pastiche, des portraits minute, du split-screen, du "Bref"…

Les discours de leurs shortcoms traduisent dans leurs mots, le monde dans lequel ils vivent et explorent aussi bien l’anticipation, en compagnie d’une héroïne connectée, qu’un "Braveheart" trash (NDA : combat sanglant) entre de gentils légumes et des pizzas barbares, des portraits djeuns réalistes et touchants, un conte moderne sur Hippocrate, la dénonciation du discours des marques.

 

La suite dira s’ils ont fait mouche !

Nos remerciements à A Postec.